Octobre Encore

Publié le 27 Novembre 2016

Les feuilles mortes étaient bien immobiles,

Accrochées au bitume gris et noir,

A peine soulevées par les automobiles

Ou évanouies sur un bout de trottoir

 

La nuit tombait doucement mais vite,

Et il fallait rentrer au plus tôt,

En courant, les mains froides qui s'invitent

A se mettre au creux du manteau

 

Les essuies-glaces alors pourchassaient

Une légère pluie, sale et brouillonne,

Et du pare-brise disparaissait

Le reflet des lumières rouges et jaunes

 

C'est dans cette atmosphère atone,

Juste recouverte d'un manteau sobre,

Et sous les pâles couleurs de l'automne,

Qu' est apparu mon printemps d'octobre.

 

Octobre encore,

Encore Octobre...

 

Octobre et ses chansons étiolées,

Octobre et sa grisaille céleste,

Octobre et son goût de passé,

Octobre et sa déprime manifeste

 

Octobre encore,

Encore octobre,

Octobre encore,

Mais aujourd'hui Octobre...

 

Octobre est un printemps éthéré,

Ou peut-être mille et une saisons,

Car Octobre a fleuri désormais

Chaque recoin de ma maison.

 

Eva Fjall

Rédigé par Eva Fjall

Publié dans #Les textes nus...

Repost 0