Les épaules de mon père

Publié le 15 Mai 2011

Les épaules de mon père

 

Je tutoyais les grues

J’embrassais les éoliennes

J’étais aussi grande que la dame de fer

Sur les épaules de mon père

 

Les gens étaient comme des fourmis

Et les fourmis encore plus petites

Tellement j’étais fière

Sur les épaules de mon père   

 

Je voyais le bout de l’horizon

Je touchais même les avions

J’avais juste à mettre la main en l’air

Sur les épaules de mon père

 

Il ne se fatiguait jamais

J’y restais toute la journée

Et même des semaines entières

Sur les épaules de mon père

 

Aujoud'hui je marche,

de toute ma colère

    Je suis tombée parterre

 Je suis tombée parterre

 

Aujourd'hui je marche,

de toute ma colère.

Je suis tombée par terre,

    Des épaules de mon père.

 

Eva Fjall Logo image noir sur blanc

 

 

 


 

Rédigé par Eva Fjall, Parolière

Publié dans #Les textes nus...

Repost 0